?

Log in

Wolfgang Fener [entries|archive|friends|userinfo]
wolfgangfener

[ website | Wolfgang_fener's photography portfolio on Flickr. ]
[ userinfo | livejournal userinfo ]
[ archive | journal archive ]

Pinot noir Quails gait 2007 de Colombie-Britanique [Jan. 19th, 2010|02:39 pm]
wolfgangfener
J'avais oublié d'écrire mon review pour ce vin que j'avais annoncé il y a quelques semaines. Nous l'Avons ouvert au jour de l'an et nous avons tous été déçu. À 45$ la bouteille, nous avons eut droit à un petit pinot mince, végétal et sans complexité. Il est facile de toruver bien mieux pour laq moitier du prix. Même au Canada, on trouve le pinot noir village réserve du Clos Jordane (sud de l'Ontario) qui même en étant la cuvé de base du vignoble (30$ lorsque disponible à la SAQ) est bien meilleur. Très décevant et à éviter. Notez bien que le bouchon est un "screw cap" donc le vin ne pouvait pas être bouchonné.
Link6 comments|Leave a comment

Deux bons vins du Québec. [Jan. 19th, 2010|02:23 pm]
wolfgangfener
Pour environ 15$ incluant taxes, vous trouverez la Cuvée Charlotte du domaine les Bromes au marché des saveurs. Le De Chaunac est discontinué (dommage) mais le vignoble fait encore ce vin sous l'étiquette "Réserve", ce qui signifie surement qu'ils se sont aperçu comme moi qu'avec quelques années sous le bouchon, ça devient un vin intéressant.

Rouge De Chaunac 2005 du vignoble les Brome.
J'ai acheté l'an passé une des dernière bouteille de ce vin très intéressant avec une bonne pizza de qualité, des charcuteries ou tout autre mets salés et épicés de ce genre. Attention, ce n'est pas du beaujolais ! Le vin est plus "sauvage" qu'un Beaujolais. Il présente des arômes empyreumatique (cuir, caoutchouc) sans pour autant tomber dans le chimique ou dans la lourdeur. Je ne connais pas de vin Européen comparable alors c'est difficile à expliquer. Imaginons un hybride entre le fruité juteux d'un Beaujolais village avec le côté animal de certains Madiran ! Étrange mais avec une pizza au prosciutto et fromage bleue, ça marche ! Malheureusement, il n'existe plus et la version "Réserve" n'est toujours pas offerte ailleurs qu'au vignoble.




Blanc Cuvée Charlotte 2008 du vignoble les Brome.
Pour le prix : superbe ! C'est un des meilleurs vins Canadien que j'ai eut la chance de découvrir. Je retourne m'en acheter une bouteille. Au nez ça sent bon la nectarine, la tangerine et avec aussi un petit quelque chose comme de fougère me semble t-il (une petite pointe végétale qu'on détecte dans la fraicheur de sa finale). Il est bien sec sans être aride. Il est vif sans tomber dans l'excès d'acidité. En bouche il à ce petit quelque chose de minéral que j'adore dans un vin blanc. C'est très très bien fait. Je le goûte avec une pizza Parisienne (poulet, sauce blanche, épinard) mais il pourrait aussi être très bien avec des plats de crevettes et autres fruits de mer. À essayer absolument.
LinkLeave a comment

Facebook social game. [Dec. 17th, 2009|09:21 am]
wolfgangfener
Je cherche deux amis dans la région de Montréal pour un projet de développement d'un jeu sur Facebook. Ça me prend un artiste graphique et un programmeur. 33.3% des parts chacun. Le concept reste à développer mais le but est un jeu à fort potentiel d’accoutumance et à développement viral pour maximiser les revenus et la valeur de revente. Contactez moi par email pour plus de détails si intéressé.
Link1 comment|Leave a comment

Riesling du Québec ! [Dec. 8th, 2009|07:40 am]
wolfgangfener
Nous avons goûté avec des sushis le riesling 2007, du vignoble des côtes d'ardoise (environ 14$ +taxes au marché des saveurs).

Au nez il est très agréable. Ça sent le bon riesling avec une toute petite touche tropicale en prime et une délicate note pétrolée (habituellement caractéristique d'un plus vieux riesling).

En bouche il est par contre un peu mince et possède cette même intense acidité que nous avions remarqué dans le seyval carte d'or du même vignoble. Nous y retrouvons aussi agréablement la même minéralité qui semble caractéristique du terroir. En somme, c'est un petit blanc pas méchant et sans prétention.

En liste pour prochaines dégustation, une bouteille de rouge De Chaunac 2005 du vignoble les Brome et un mousseux méthode champenoise 2005 du vignoble Cep d'argent.
Link1 comment|Leave a comment

Maribriand (rouge) du vignoble de la roche des brises 2006 [Nov. 11th, 2009|02:18 pm]
wolfgangfener
Trop curieux pour attendre, je m'ouvre cette bouteille ce midi pour accompagner une pizza Campagnola de chez Napoletana. Le reste sera bu ce soir avec des tournedos de boeuf. Cépages : Maréchal Foch et Lucy Kulhuman.

Première impression en ouvrant la bouteille : ça sent le caoutchouc ! Après aération c'est moins pire mais les arômes de fruits (prune, pruneau) sont encore enrobés d'effluves empyreumatiques. En bouche il est plutôt léger et acide. Un peu rafraîchis c'est très bien avec la pizza mais même pour le prix (une quinzaine de dollars avec taxes), on trouve de meilleurs petits Italiens pour faire ce genre d'accompagnement. Avec le tournedos mariné ça risque d'être un peu mince par contre. Le vin est courteau et se termine sur des notes végétales un peu amères. Ça me donne l'impression que le fruit  manque de maturité.

Enfin bref c'est du très rustique et je ne suis pas très impressioné. Ça correspond à ce que je me souvenais des vins québécois ... À éviter.

Le Seyval carte d'or 2007 était plus amusant. Je suis tenté d'essayer un de leur rouges pour voir car le côté très minéral de leur Seyval est surement du au terroir argileux qui influence surement l'ensemble de leurs vins.
LinkLeave a comment

vins du Québec. [Nov. 10th, 2009|07:22 pm]
wolfgangfener
Ok, je me lance.

Ayant atteint un niveau d'ouverture d'esprit suffisant en matière de dégustation de vin pour ouvrir mes papilles aux cépages peux connus cultivés chez nous, je me suis décidé à commencer l'exploration des vins du Québec (et tant qu'a y être, du Canada en général).

Disons en premier lieu que le terroir Québécois est très différent que celui de Niagara au sud de l'Ontario ou de la vallée de l'okanagan dans le sud de la Colombie-Britanique. Ces derniers offre un climat beaucoup plus clément permettant la culture des cépages Européen tel que le Pinot noir ou le Chardonnay. Ici au Québec les hivers sont dur alors nous devont faire avec des étrangetés dans le genre du  Maréchal Foch, Seyval, Sainte-croix ou autre.

Aujourd'hui je déguste pour vous le Seyval carte d'or 2007, un blanc du vignoble des côtes d'ardoise.

Pour 11,26$ + taxes au marché des saveurs, c'est une bonne affaire en autant que l'on sache le marié au met approprié. Ne comptez pas sur les employés de cette boutique pour vous conseiller, c'est à peine si ils connaissent le vin. Disont  que dans la catégorie des moins que 15$ de la saq, c'est tout à fait honête.

C'est un vin très acide et minéral avec des notes citronées et un petit quelquechose rappelant la carambole. Qui dit vins blanc acide et minéral dit fromages de chèvre. Avec un bon Valencey de chez Hamel, c'était superbe. avec les darnes de saumon c'était moins bien. Un poisson blanc ou des pétoncles toutes simples arrosées de citron auraient été mieux.

J'ai aussi en réserve un Vidal (blanc) du domaine les brome 2007 et un Maribriand (rouge) du vignoble de la roche des brises 2006 qui seront dégustés sous peu. Ce sont aussi des vins sous les 15$.

Dans le plus dispendieux j'ai un Pinot noir Quails gait 2007 de Colombie-Britanique et un autre pinot noir village réserve du Clos Jordane du sud de l'Ontario. Ce dernier à été goûté à la SAQ (sans accompagnement dans un gobelet en plastique) et il me semblait être un agréable pinot fruité avec une finale poivrée.
 

Edit: Pendant que j'écrivais cela, Nadia à entendu à la tv que demain à l'émission l'Épicerie ils vont parler des vins du Québec. Drôle d'adon !


Link3 comments|Leave a comment

Super job... j'y suis presque ! [Nov. 10th, 2009|04:00 pm]
wolfgangfener
Je viens de passer une deuxième entrevue chez une petite firme de consultants pour un job de consultant en document de processus d'affaire. C'est du hautement stratégique. C'est bien au delà de ce que j'espérais avec un simple certificat en gestion de projets mais j'ai osé appliquer quand même pour le poste et jouer la game au maximum juste pour voir si c'était possible et incroyablement, jusqu'a date, c'est très près d'être possible.

J'ai fait une incroyable job de synthèse et d'intuition pour ressortir en une seule page les expériences les plus pertinantes de mes 14 années en électronique et leur démontrer que le simple technicien que j'étais est en fait un génie ultra perceptif et efficace qui saura analyser le charabia d'un pdg confu en un rapport présentant avec concision les processus de son entreprise et voir où il faut apporter des améliorations. Il fallait le faire quand même !

La première entrevue à été ultra rapide. Il fallait que je démontre ma capacité à être concis. La seconde entrevue à commencé à 16h et je suis parti de là vers 19h, la dernière heure étant passé à jaser de façon un peu plus informelle avec le patron  alors que son associée était déjà partie depuis une heure. En fait je l'ai juste poussé à me faire la jasette pendant une heure. J'ai peut être parlé pas plus d'un tier du temps. Je voullais qu'il se sente investi avec moi et je savais qu'un gars qui part une business aime ça parler de son ''bébé''. Hors le bonhomme en est à sa 4e business. Il a aussi un MBA des hec et je comprend qu'il cherche absolument un anciens de cette école. Je voullais aussi pouvoir juger si il à le potentiel de devenir un bon mentor.

Je n'ai jamais autant joué une série d'entrevues en axant autant sur le psychologique. ça serait trop long de tout écrire ici mais c'était borderline de la manipulation hypnotique. J'ai réussi à le creuser jusqu'a lui faire dire qu'une business en consultation c'est une grande part de théatre. Encore là je résume trop mais bon, l'idée était de le faire parler et de subtilement faire ressortir plus tard les éléments de ma personnalité et de mes expériences qui allaient dans le sens de ce qu'il avait dit.

Cela dit, je crois que le bonhomme est très intelligent et qu'il à vu mon manège. Je crois aussi qu'il cherche quelqu'un capable de prendre le contrôle d'une conversation et d'amener un client là où il veut. C'est ce que je lui ai montré. Je crois aussi après l'avoir écouté attentivement qu'il est digne de devenir mon mentor.

Je sais aussi qu'il hésite entre deux candidats, moi et un autre. L'autre il le rencontre lundi prochain. Moi j'ai été le premier appelé en 2e entrevue car j'avais le choix de le rencontrer hier ou lundi prochain et je suis pas mal sur qu'il n'a pas d'autres plage horaire de libre. Le plus drôle c'est que pendant qu'il en passera un autre en entrevue, je serai moi même en entrevue ailleur (pour un poste qui m'intéresse moins).

Bon, concluons en disant que jusqu'a maintenant j'ai toujours été le fatiguant qui voit les bebites partout et qui expose trop bien les innepties des autres et les stupiditées administratives des compagnies où j'ai travaillé... On me reprochait d'être un maudit chiâleux, maintenant je suis sur le point d'être payé pour ça ! Si il m'engage, je vais être juste tellement trop mort de rire !
Link1 comment|Leave a comment

Glen Mhor 20 ans, le dernier verre. [Oct. 17th, 2009|10:28 pm]
wolfgangfener

Ce soir je déguste mon dernier verre de ce Glen Mhor  20 ans distillé en 1976 et embouteillé par Cadenhead`s en avril 1997. Il y a plusieurs années que je possède cette bouteille. Au début je ne l'aimais pas tellement et que j'ai appris à l'apprécier avec le temps. Le dernier verre est le meilleur, même si il est un peu embrouillé par les résidus laissés au fond de cet embouteillage ''cask Strength'' non filtré.

Ce whisky est une relique provenant d'une distillerie fondée en 1892 et ayant fermé ses portes en 1983 (pour cause de profitabilité plus basse que la moyenne). En fait c'est (ou devrais-je dire c'était) une pièce de collection embouteillée à 57.9% d'alcool. Malgré cette force, le whisky se boit maintenant facilement, ce qui n'était pas le cas le jour ou j'ai ouvert la bouteille il y a quelques années. Il est à noté que l'eau du Loch Ness était utilisé dans sa fabrication, il y a donc un petit peu de la monstrueuse légende dans cet élixir.

Ce scotch à vraiment évolué dans la bouteille. Au début il était un peu mince sur le palais mais maintenant je le trouve très complexe, délicatement tourbé tout en laissant une agréable fraicheur subtilement citronnée ressortant de ses effluves épicées, noisettées et légèrement oxydées (style rancio d'un vieux cognac). On y retrouve encore une touche herbacée un peu acide qui le caractérisait à l'ouverture de la bouteille mais c'est maintenant un élément d'arrière plan.

Voilà donc un verre de scotch à ne pas oublier et qui vaut la peine d’être immortalisé par cette courte note.


edit: Voilà une note de dégustation que je viens de trouver pour un autre embouteillage 20 ans de cette distilleries mais c'est assez proche de ça alors je le poste (ref: Whiskyfun.com ) :

Glen Mhor 20 yo 1979/1999 (56.5%, Dun Eideann, cask #697) Colour: amber. Nose: more brutal, but that could just be the alcohol. Bold chocolate and coffee as well as the same notes of walnuts as in the 1975 – just older walnuts. But it’s also very grassy, quite rough I must say. With water: gets a little more leathery but we’re in the vein here... For a while. Indeed, it gets much nicer with time and water), very ‘Gen Mhor’, meaty, animal... Whiffs of ‘moss + mushrooms + humus’. And lovage. Mouth (neat): a more classic sherried malt but again, lots of wood, chocolate, cocoa, coffee, roasted pecans, heavily infused black tea (Russian), walnuts... With water: oh yes, it developed tremendously. Even better balanced, beautifully nutty, candied, slightly salty, with also great dried fruits (bananas, dates). Finish: long, dry, roasted, leathery and meaty. High-class, bottled at perfect age. 90 points.

Je n'ose pas diluer mon dernier verre mais en tournant une petite gorgée sur la langue longtemps pour la laisser se mélanger avec la salive, je remarque les mêmes observations que l'auteur de cette note de dégustation.



Link2 comments|Leave a comment

Now reading the last availlable Song of Ice and fire book... [Jul. 17th, 2009|08:56 pm]
wolfgangfener
Ok, here's an upcoming problem : I'll soon finish A Feast for Crows (last available book in the Song of Ice and Fire serie by George RR Martin).

The problem is I'm completely addicted and I know it could still take years before Martin finally publish the next book (if he doesn't die before finishing it).

Good fantasy books with complex characters development, decent world building, surprising plots and acceptable writing are rare (ok, even Martin is far from perfect from the writing point of view but it is still way above most and you get so cought up in the story you can forgive him his little slips).

Once I'm done with this book, what shall I read ?

I have my eyes on Brent Weeks's assassin serie (The way of the Shadows ... ). I'm just affraid I'll cringe at the poor writing.

Any other suggestions ?
Link8 comments|Leave a comment

Composite bow [Mar. 27th, 2009|12:35 am]
wolfgangfener
I just finally learned what really is a composite bow on history television (Ancient Discovery program with amazing modern tests of historically accurate weapons and historical recreations of ancient battles). They even showed real ancient 3000 years old composite bows.

It was developped during Ramses II reign. Made with animal horn tied to a strong preshaped piece of wood, wrapped in strong vegetal fibers and glued with resin. It took about 18 months for the resin to properly dry !

They made an historical recreation of the hit and run technique used with composite bows and Egyptian chariot, counting how many arrows their ancient weapon expect could place within a square containing a platoon of ennemy. Because of the big range of composite bow and efficiency of of swift light chariot, the result was very efficient... So much that the Egyptian won and we still talk about Ramses II today.

It was the most powerfull ancient bow while being short enough to be used from a chariot.

They also talked about the Kopesh sword and presented a detailled analysis of the lighter Egyptian Chariot vs the Hittite heavy charriot.

An AD&D gamer dream come true ! ;-).

Did you know in 14th century BC iron was so rare and precious that it was employed as jewelry ? The Hittite where amongst the first to develop iron metalurgy.
LinkLeave a comment

navigation
[ viewing | most recent entries ]
[ go | earlier ]